» Charles a 32 ans. Il est informaticien et père de deux jeunes enfants. Il habite dans un immeuble nouvellement construit dans un ancien quartier ouvrier. Son employeur l’a autorisé à travailler à domicile deux jours par semaine. Pendant le reste du temps, il se rend à Nantes en empruntant les transports en commun.

Cela lui permet d’emmener ses enfants à l’école ces jours-là. Récemment il a investi dans un vélo-cargo pour le transport du petit ; l’aînée l’accompagne sur son propre vélo. Depuis peu, un parcours de son quartier vers l’école a été aménagé avec l’aide de Nantes Métropole, permettant de se déplacer en toute sécurité. Charles y croise régulièrement des personnes en trottinette ou en fauteuil roulant. La voie est également utilisée par les propriétaires de landaus et de poussettes. Là où sa route croise celle des voitures, certains dispositifs de sécurisation et la limitation de la vitesse à trente km/h leur permet de se sentir protégés.

Le midi, ses enfants mangent au restaurant scolaire, où le bio prend de plus en plus de place. Une partie des fruits et légumes, en particulier de ceux qui peuvent être facilement conservés, viennent des jardins partagés par la municipalité et, en période de surplus, des jardins de certains habitants (ceux qui se sont engagés à n’utiliser aucun engrais chimique ni pesticide).

Pendant quelques années, Charles et sa compagne craignaient d’être obligés de quitter Saint-Sébastien, vu le coût de l’immobilier. Récemment, ils se sont inscrits dans un projet d’éco-quartier qui verra le jour sur le terrain d’un ancien équipement de la Ville. Régulièrement ils participent à des réunions de planification avec les autres porteurs de projet et les services de la Ville. Ensemble ils imaginent la création et le fonctionnement de ce nouveau lieu intergénérationnel : matériaux de construction écologiques, espaces verts, tri des déchets, lieux de convivialité…

Il se verrait bien s’investir dans un autre lieu qui est en train de se développer à quelques rues de là et qui réunit plusieurs activités : mise à disposition d’espaces de travail, ateliers d’artisans d’art, ressourcerie, cours de théâtre. Dans la cour centrale, ils ont pu assister à des concerts organisés par les musiciens locaux. Il y a croisé Sandrine et Annie, qui lui ont parlé des dernières nouvelles du quartier. »